Êtes-vous glossophobe ?

Nous avons tous éprouvé la peur de parler en public au moins une fois : lors d’un entretien, d’une présentation ou d’une interrogation, avec des manifestations diverses : accélération du rythme cardiaque, transpiration accrue, assèchement de la bouche, perte du fil de la pensée, etc.

Autant d’effets pas toujours très agréables à gérer lorsque l’on doit convaincre un auditoire ou remplir ses fonctions de manager…

Qu’est ce que la glossophobie ?

Selon Santemedecine-net, la « glossophobie désigne la peur de parler en public, face à un groupe plus ou moins important. Cette phobie est particulièrement répandue, puisque l’on considère que les trois-quarts de la population ont une certaine forme d’anxiété à l’idée de s’exprimer devant un public, quel que soit le nombre de personnes. »

C’est notre cerveau qui est au cœur de ces réactions. La peur générée déclenche une sécrétion d’adrénaline qui prépare votre corps à passer en mode « fuite » ou « combat ». Un héritage ancestral très pratique face à un prédateur mais dont l’efficacité reste à prouver dans le cadre de la communication.

Comment y remédier ?

Vous ne pouvez pas agir sur les effets de la peur, votre cerveau autonome s’en occupe pour vous, au même titre que les battements de votre cœur. Mais vous êtes libre de vous demander :

  • Pourquoi le fait de parler en public déclenche le mécanisme de la peur ?
  • Pourquoi mon cerveau a-t’il associé « prise de parole en public » et « danger » ?
  • Comment ne plus être victime de ces effets paralysants ?

L’approche sera différente en fonction des objectifs de chacun mais la base méthodologique reste la même. Elle passe par la conscientisation de ses propres qualités et son renforcement par la pratique et l’acquisition de techniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.